Etre humain est une bonne chose espérante做人是一件有希望的好事情

Publié le par Peiyun Xiong

QQ 

“正是由于有马斯洛(A.Maslow)的存在,做人才被看成是一件有希望的好事情。在这个纷乱动荡的世界里,他看到了光明与前途,他把这一切与我们分享。”这是《做人的权利——马斯洛传》一书中结尾处作者引用一位与马斯洛素不相识者的一句话,我不禁为之感动不已,我能想像这句话代表了全世界多少人的共同心声。

一个偶然的机会,我发现了美国心理学家亚伯拉罕•马斯洛的人本主义心理学理论,如获至宝。早在上大学时就知道马斯洛关于人的需要层次的理论,却未深及他的真知灼见——关于自我实现的理论。可以说,这是他对光辉的人性的解读,是其人本主义心理学思想的精髓所在。沉醉于马斯洛人本主义心理学理论巨著的同时,我开始搜寻并阅读关于他的传记。我看到了一位心理学家自身的心灵成长历程以及其心理学思想形成的过程。其实,与其说马斯洛是一位心理咨询师,还不如说他是一位灵魂工程师,是全人类灵魂的工程师。因为他不仅仅把解除心理障碍者的困扰作为目标,他更在倡导一种新的生活方式,帮助心理障碍者走向自我实现的人性健全之路。

在马斯洛看来,其实我们每个人都有或多或少的心理疾患,只是程度不同而已。所以,心理疾患者与健康人没有绝对的界限。马斯洛认为人的本性是向善的,是社会和文化这些后天因素中的不良影响扭曲了人性。的确,人的一生,大多不会一帆风顺,大多都要经历困惑、迷惘、苦涩和惆怅……人的社会化是一条充满艰难、遍布荆棘的道路,哪怕是英雄和伟人,他们也不是先知先觉。法国作家罗曼•罗兰笔下的约翰•克里斯朵夫是一个贝多芬式的英雄和艺术家,他一生所经历的精神之旅充满了艰险坎坷,但最终达到了一种澄净和谐的至高境界,可以说,约翰•克里斯朵夫便是这样一位自我实现了的人。伟人的心灵历程让人难以忘怀,而平凡的我们都该以此为激励。这样,当我们走到生命的尽头时,可以欣然回首自己这一生在通向健全的人性之路上所做的一切努力。

马斯洛是那么赋有激情,以致于他在赞美人性的光辉时,充满了感染力。他自己的成长经历,为其学说提供了有力的论据。马斯洛的童年并不幸福,他评价母亲是一个非常残忍、自私的人,后来他自己都奇怪为什么没有患上心理疾病。这一事实批驳了弗洛伊德的性恶说,而且证实了人的自我实现本能的顽强的生命力。在陌生的人群里,仍然不时浮现着种种关爱与善良,即使是在私利至上的今天。人性本善,这种善不是后天习得的,是动物的本性。弗洛伊德认为人的本性是动物性,而动物的本性是破坏性的侵略行为,是攻击和暴力。但是,马斯洛指出,动物本性中的友爱合作一面,显然被弗氏所忽视了。我想起电影《instinct》(《本能反应》)中那撞人心灵、催人泪下的镜头:善良友好的黑猩猩,它们跨越了种族,向人类伸出了友好之手,结果却惨死在人类罪恶的枪管之下。与它们相比,人类似乎更加邪恶,更有破坏性。该影片向我们提出一个意味深长的质疑:人类津津乐道的文明或许只是一个陷阱——社会性让人类脱离了低等动物,成为高等动物,但是蕴藏在动物本性中的善却被社会扭曲或遗忘了。

社会通常存在种种弊病,我们的时代也不例外。在物欲横流的今天,人们的全部生活似乎只有追逐金钱、美色,沉溺于物质的享乐、感官的刺激。人生所谓的意义和生命的价值,似乎只是有闲阶级的奢侈品,是小资情调的东西。人们并不关心心灵和灵魂是什么。可是,马斯洛告诉我们,人的需求除了基本生存需求外,还有发展的需要。当人们在深夜里被一种深深的无聊和空虚感所包围时,他们就会知道,存在于心灵里的本性仍然在向他们昭示,生存的价值问题迟早要摆在每一个人的面前,他们无处躲藏,只有真诚地面对。

我知道还有更多的人需要马斯洛。因为错过了马斯洛,他们或许只能在庸禄与沮丧中度过一生。他们的精神和人格中存在种种障碍,比如害怕社会交往,因不善交际而不能得到社会的承认;他们或者极其自卑,不能超越自我,走不出烦恼和悔恨的低落情绪,感到力不从心,甚至失去了做人的信心;抑或因为人生的挫折而心如死灰,终于黯淡了年轻时理想的火花,从此过着安于现状的生活,没有更高的追求,不愿意接受新鲜事物,害怕冒险和失败,不愿去尝试创造,把自己的潜力埋藏于千篇一律的单调之中。但是,如果深悟马斯洛的心理学,他们会了解到在自己体内潜藏的种种能量,知道什么东西应该坚持不放弃。他们原本可以拥有更健康的心理,更精彩的人生。如果我遇到他们,我一定会向他们推荐伟大的马斯洛,好人马斯洛,告诉他们做人是一件有希望的好事情。

马洛斯是人类精神的一个宝藏,是心理学史的一座丰碑,他给人类留下了一笔丰厚的精神遗产。对马斯洛和所有拯救他人灵魂的心理咨询师,我无不深怀敬意,因为对人类来说,心灵的纯洁和灵魂的健康比肉体的健康更有意义。

做人是一件有希望的好事情。这充满希望与感恩的一生,让我时常忆起狄金森(Emily Dickinson)那首感人至深的诗:

If I can stop one heart from breaking

I shall not live in vain;

If I can ease one life the aching,

Or cool one pain,

Or help one fainting robin

Unto his nest again,

I shall not live in vain.

如果我能使一颗心免于哀伤

我就不虚此生

如果我能够解除一个生命的痛苦

平息一种酸辛

帮助一只昏厥的知更鸟

重新回到巢中

我就不虚此生……  (2002年5月)

****** ****** ******
 

Sociétal : Analyse des motivations selon Maslow

      La pyramide d'Abraham Maslow est une véritable référence en marketing. On l'utilise souvent pour déterminer les cibles dans la grande distribution et y positionner son produit. Cet outil peut servir dans de nombreux domaines à identifier les besoins, les motivations qui nous habitent.

      Abraham Maslow (1908-1970), psychologue américain de renom, a pu grâce à ces nombreuses études, établir une sorte de règle de priorité des désirs et des comportements. Avant tout, nous avons besoin de respirer pour vivre. Puis très rapidement nous avons besoin de boire, de manger. Vient ensuite le besoin de mobilité, de se reposer tranquillement, de se sentir libre et en sécurité.

      Lorsque ces besoins sont comblés apparaissent les besoins affectifs, la reconnaissance des autres, de leur amour et de leur estime. Apparaît enfin le besoin de réalisation personnelle. Le tout est représenté sous la forme d'une pyramide découpée en 5 tranches.

      Cette pyramide d'Abraham Maslow est présentée ci-dessus dans l'ordre inverse des besoins dits primitifs à ceux dits évolués. Ce n'est qu'une généralité, qu'une proposition basée sur les études d'un homme très instruit. Il vous faut adapter cette pyramide à l'environnement étudié.

      Partez du principe implacable que les étapes dessinées ici sont à gravir une à une, en commençant obligatoirement par la première pour arriver, lorsque l'individu a de la chance, au faîte de sa réussite. Les aléas de la vie verront parfois l'individu jouer au yo-yo entre deux niveaux, voire régresser de deux étages ou être obligé de recommencer au plus bas pour re-gravir les échelons de sa vie.

      Au plus bas, respirer, boire et manger sont les besoins indispensables. Il lui faudra également se protéger des intempéries et se reproduire. Ces divers éléments ont leur propre ordre de priorité.
      La seconde étape, une fois la première atteinte, est celle de la sécurité. On peut espérer que celui qui arrive à respirer, boire et manger suivant ses besoins peut enfin se reposer sans le risque de se faire dévorer à son tour. Nous n'en sommes ici toujours que dans le périmètre étroit du bien être de l'individu, même si celui-ci vit dans une curie, un clan ou une tribu. Il attend de l'environnement la sécurité, celle que l'on trouve dans la force d'un groupe, mais il n'est pas forcément - pas encore du moins - reconnu comme individu par ses proches.
      Cette reconnaissance du groupe, il la trouvera dans la troisième étape. S'installer, être décemment accepté comme composant d'un ensemble où il trouve refuge, sérénité. Il y cherche une preuve de sa propre existence dans le regard des autres, par la crainte ou par l'amour. La peur de la solitude apparaît ici. On s'y marie, on s'attache à un groupe, on fait partie d'un club. Et l'individu a sa place dans sa tribu sans pour autant, à ce niveau du moins, briguer celle à la tribune. Mais ça va venir...
      La quatrième étape sera parfois franchie. On y parle d'estime, d'identification, de reconnaissance de l'autre par sa force, ses compétences. Abraham Maslow y précise ici deux appétences. La première témoigne d'une attente de reconnaissance, d'un statut, d'une gloire. On y parle aussi de dignité et de réputation. La seconde est plus centrée sur l'individu, sa propre reconnaissance qui accompagnera son indépendance, sa liberté. Notons que dans ce second cas, la régression éventuelle est très douloureuse.
      Ces quatre premiers niveaux sont appelés par Abraham Maslow les deficit needs (D-needs), ensemble de besoins physiologiques motivants qui ont de fortes chances de rencontrer l'homéostasie, souvent instinctivement. Chacun de ces éléments est indispensable à une bonne survie.
      Le cinquième et dernier niveau est classé en being needs (B-needs). Ce niveau est abordé lorsque l'individu a pleinement dépassé ses objectifs ou n'a tout simplement plus les mêmes motivations signifiées dans les étapes précédentes. Il a ici besoin de maîtriser mais pas forcément d'aboutir. Mieux comprendre l'abstrait et se dépasser devient son credo. Moins sensible à la pression sociale, il est autonome et fait preuve de créativité. Ce besoin de se réaliser est parfois si fort qu'il devient prioritaire, prenant le pas sur un ou plusieurs des éléments situés plus bas dans la pyramide.

Commenter cet article